Une nouvelle épidémie de choléra en Haïti

La situation dans le pays continue de se détériorer…

RICHARD PIERRIN / AFP

La situation en Haïti continue de se détériorer. Selon Gena Heraty, directrice de nos programmes handicap, et présente sur le terrain depuis bientôt 30 ans, ça n’a jamais été à ce point.
Le Premier ministre haïtien, Ariel Henry, a récemment annoncé une hausse des prix de l’essence, malgré des semaines de manifestations pour protester contre le coût de la vie et la violence des gangs, qui font rage dans le pays. « Nous avons besoin de ces rentrées d’argent pour faire fonctionner le pays… », a-t-il déclaré.
De son côté, l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique indique que le taux d’inflation a augmenté de 30,7% entre juillet 2021 et 2022. Les enlèvements et les homicides volontaires ont quant à eux explosés. Entre le premier trimestre 2021 et 2022, les kidnappings ont augmenté de plus de 58 % !

Il y a quelques semaines, quatre femmes membres de notre personnel ont été enlevées. Nos équipes en Haïti traversent une période extrêmement difficile et angoissante. L’engagement de Nos Petits Frères et Sœurs sur place devient chaque jour plus compliqué et nous avons besoin de financements supplémentaires pour poursuivre nos opérations.

Après ces enlèvements, nous avons déplacé les enfants de Sainte-Anne à Kenscoff et nous prévoyons de déplacer les enfants de Saint-Simon dès que possible. Steven, 23 ans, qui a grandi chez nous indique : « J’ai peur, parce que chaque jour pourrait être mon dernier. Je suis très inquiet de la situation actuelle dans mon pays. Des enlèvements ont lieu presque tous les jours, parfois il y a des cadavres dans les rues, l’insécurité est partout. C’est triste, chaque jour va plus mal que le précédent. » La rentrée des classes a été reportée. La situation est tellement tendue que les écoles n’ouvrent pas.

Le Docteur Gassant, nouvelle directrice de l’hôpital Saint-Damien, indique « La situation dans le pays fait que de nombreuses personnes fuient Haïti et le remplacement de ces personnes est difficile. Les salaires sont bas et c’est un domaine de travail risqué. Nous nous efforçons de poursuivre la mission de l’hôpital malgré les défis. Entre l’hôpital et nos services communautaires, nous servons environ 80 000 personnes chaque année. Nous traitons 12 000 patients dans notre clinique externe, 2 000 enfants aux urgences, 3 000 en néonatologie, 3 500 femmes enceintes et nous avons aussi l’oncologie, la réanimation, la cardiologie… Par ailleurs, il y a un manque d’essence et il devient très difficile pour les médecins de venir travailler. Ils veulent venir mais nous ne pouvons pas assurer le transport. La directrice financière de Saint-Damien a essayé aujourd’hui et alors qu’elle était au milieu de la route, elle a dû rentrer chez elle car il y avait des fusillades qui commençaient. »

En Haïti, le nombre de contaminations au choléra continue d’augmenter, selon un nouveau bulletin du ministère de la Santé publique publié, mardi 18 octobre 2022. Une situation qui alimente les craintes d’un nouveau désastre dans ce pays déjà plongé dans une crise humanitaire et sécuritaire.

Unité de réhydratation

La pénurie d’essence fait que les camions transportant de l’eau potable ne peuvent pas circuler. Même s’ils parviennent à trouver du carburant, la présence et la violence des gangs entravent voire empêchent la circulation. N’ayant d’autres choix, les haïtiens s’abreuvent comme ils peuvent et l’eau ingérée peut être contaminée.

Fin octobre, l’hôpital Saint-Damien avait reçu 21 cas de choléra et un enfant en est malheureusement décédé. Les cas devraient continuer à augmenter. Une unité de réhydratation a été mise en place en urgence mais elle fonctionne sans budget officiel.

Nous vous exprimons notre gratitude comme toujours pour votre soutien si précieux. Même le plus petit don fait une différence. Si vous souhaitez soutenir notre famille en Haïti en ces temps troublés, vous pouvez faire un don en cliquant sur le lien ci-dessous.

Je soutiens NPFS Haïti