Matt.jpg

C'est la journée des volontaires NPFS !

C'est grâce à nos formidables volontaires comme Matthieu que nous pouvons continuer à améliorer la vie des enfants et des adultes qui nous sont confiés. Leur créativité, leur travail acharné et leur persévérance sont un exemple pour nous tous !

"Avez-vous entendu parler de notre volontaire français au Honduras, celui qui fabrique des prothèses à partir de rien ?"

Ceux qui ont croisé son chemin parlent immédiatement de son travail extraordinaire et de son impact dans la vie des enfants de notre foyer.

Kinésithérapeute, Matthieu apporte en effet beaucoup. De nombreux enfants et adultes ont besoin de soins et de traitements réguliers. Et son travail ne s'arrête pas là ! Dans sa première lettre, il écrit :

‘Une partie de mon travail est donc de chaque jour, en plus de séances de kinésithérapie, de trouver de nouvelles astuces ou bricolages pour améliorer leur confort, rendre le quotidien des « tias »[1]  qui s’en occupent plus facile : réparer les roues du fauteuil roulant, créer des coussins en mousse pour éviter les escarres, ajuster les attelles pour la marche, confectionner des attelles de main pour éviter les infections, faire des étirements intensifs pour contrôler les effets d’une scoliose…’

Matthieu a ensuite travaillé sur son premier grand projet :

‘Pour valoriser le travail fait pendant les séances de rééducation avec les enfants handicapés, un bon positionnement au lit, au fauteuil est essentiel. En France, les thérapeutes ont recours à des « appareilleurs » qui confectionnent toutes sortes d’installations adaptées à chaque enfant.

Malheureusement, ce métier n’existe pas au Honduras. Il a donc fallu être créatif, et faire avec les moyens du bord (assez limités je dois dire). Voyez plutôt :

Positionnement de nuit en plâtre.

Cet appareillage permet de garder les jambes en bonne position pendant la nuit et ainsi éviter les déformations orthopédiques au fil du temps.

Sur la photo : moulage terminé. Ne reste plus qu’à rendre l’intérieur confortable avec ouate, mousses et housse imperméable.

Fort de cette belle réussite, Matthieu est allé encore plus loin. Voici un autre de ces projets, raconté dans une autre de ces lettres :

‘J’avais commencé à fabriquer une paire de prothèses pour un patient doublement amputé. A ma grande surprise, la paire (artisanale) a fonctionné jusqu’ici, si bien que « El primo » marche maintenant seul avec une seule canne. Malheureusement, je suis arrivé au bout de ce que je pouvais faire avec les moyens dont je dispose ici : le patient a besoin d’une paire de prothèses professionnelles.

J’ai donc été donner une courte conférence[2] lors d’une soirée organisée par les « brigades » (groupes de docteurs venant des Etats-Unis faire une ou deux semaines de chirurgies / consultations) pour voir si, par hasard, quelqu’un pourrait nous aider. Pas facile de parler en anglais devant une assemblée de chirurgiens orthopédiques, mais le message est bien passé. J’attends des nouvelles, il est probable qu’une entreprise des Etats-Unis fabriquant ce genre de prothèses fasse une donation. Une belle fin à donner à cette histoire.'

C'est grâce à nos formidables volontaires comme Matthieu que nous pouvons continuer à améliorer la vie des enfants et des adultes qui nous sont confiés. Leur créativité, leur travail acharné et leur persévérance sont un exemple pour nous tous !

Pour en savoir plus sur notre programme de volontariat, consultez notre page !

 

[1] Tantes

[2] Sur le thème « Comment fabriquer des appareillages de rééducation à partir de rien ».