Seisme.jpg

Urgence en Haïti !

Pour contribuer aux efforts des secours, notre équipe NPFS Haïti et notre organisation sœur St. Luc ont rassemblé du matériel pour les 6 hôpitaux et les habitants de la région, qui se sont retrouvés sans abri..

Le samedi 6 octobre à 20h11, un séisme de magnitude 5,9 a frappé la côte nord d'Haïti, à 20 km de Port-de-Paix. Le dimanche 7 octobre vers 15h00, une réplique de magnitude 5,2 a frappé dans la même zone. Le séisme s'est produit à environ 219 km de nos maisons, situées dans la région de Port-au-Prince. Les tremblements ont été ressentis, mais nos enfants et équipes locales sont sains et saufs.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé un bilan de 17 morts et près de 350 blessés. Les rapports d'urgence indiquent qu'environ 7 800 maisons ont été détruites ou sévèrement endommagées.

Pour contribuer aux efforts des secours, notre équipe NPFS Haïti et notre organisation sœur St. Luc ont rassemblé du matériel pour les 6 hôpitaux et les habitants de la région, qui se sont retrouvés sans abri. Deux camions ont été préparés et acheminés : l'un contenait notamment des médicaments, des solutions intraveineuses, des cathéters, des gazes et des bandages ; l’autre des vivres : plusieurs kilos de riz, haricots et pâtes.

Kenson Kaas, directeur national des programmes "Enfance" de NPFS Haïti nous rapporte : « Haïti est situé dans la ceinture des ouragans. Des catastrophes de cette nature se produisent chaque année de juin à octobre dans les Caraïbes. En ce moment, il pleut énormément et il nous a été difficile de fournir l'aide et les fournitures apportées. La situation de ces personnes est tellement désespérée qu’elles ne pourront pas survivre à une autre catastrophe naturelle. »

Le Père Rick précise qu’il y a également des besoins en eau, vêtements, couvertures et tentes. « Nous devons attendre la confirmation des contacts sur le terrain pour que le matériel et l'aide ne soient ni volés ni perdus ». Il faudra aussi de l’aide humaine pour aider à reconstruire les habitations. « Nous accepterons également à Tabarre les blessés qui ne pourront pas être pris en charge par les hôpitaux locaux en raison de leur capacité limitée ou du degré de traumatisme. »

Par avance, merci pour votre soutien à nos équipes en Haïti !