mexico luis estudiantina
mexico luis and family

J'ai changé et je continue à m'améliorer

Luis, 17 ans, Mexique

« Ma mère et mon beau-père sont en prison pour complicité de crime, mais je ne sais pas s’ils l’ont réellement commis. »

« J'étais là le jour où la police a emmené mes parents. Mes cinq frères et sœurs étaient également présents. C'était en 2008 et j'avais 13 ans. Je connaissais le numéro de téléphone d'une tante, je lui ai téléphoné et elle est venue nous chercher.

J'ai commencé à travailler pour subvenir à mes besoins et j'ai vécu dans une chambre que je louais. J'ai travaillé dans un atelier de ferronnerie pendant deux ans. Mes frères et sœurs vivaient chez d'autres membres de la famille. Ma mère et mon beau-père sont en prison pour complicité de crime, mais je ne sais pas s’ils l’ont réellement commis. 

J'ai 5 frères et sœurs plus jeunes: Cristina (14 ans), Lupe (12 ans), Carla (10 ans), Andrea (8 ans) et Christian (6 ans). Aucun n'est allé à l'école ou n'a travaillé entre le moment où mes parents ont été emprisonnés et celui où nous sommes arrivés à la maison d'enfants. J'étais le seul à travailler. Mon grand-père voulait que nous recevions une éducation, mais aller à l'école était difficile, parce que nous étions six et que cela aurait coûté cher. Mon grand-père nous a cherché une école et a trouvé la maison d'enfants de NPFS. »

Voilà ce que dit Luis Enrique, qui a 17 ans aujourd'hui et nous remercie de faire partie de la famille de Nos Petits Frères et Sœurs. Luis est en huitième année, alors qu’il est à l’âge où beaucoup de jeunes achèvent l'enseignement secondaire. Notre département social estime qu'environ 80% des enfants qui arrivent au foyer de NPFS Mexique accusent un retard scolaire, en général pour des raisons économiques, leur famille ne pouvant pas se permettre de les envoyer à l'école. On estime à 40% le nombre de nos enfants qui, comme Luis, travaillaient pour subvenir aux besoins de leur famille avant d'arriver au foyer.

Bien qu'il soit beaucoup plus âgé que ses condisciples, il sait qu’une opportunité lui a été offerte dont il ne disposait pas dans le passé. « Pouvoir étudier est ce que je préfère au foyer. Je suis profondément reconnaissant des possibilités d’études qu'on nous offre, à mes frères et sœurs et à moi-même. »

En dépit des circonstances qui l'ont conduit dans notre foyer, Luis est un jeune homme responsable et attentionné: un bel exemple de l'esprit et de la philosophie du père Wasson: travail, amour et sécurité, responsabilité et partage. 

Quand on lui demande quelle est la réalisation dont il est le plus fier, Luis réfléchit un moment avant de répondre: « la musique ». Il ajoute que ses efforts ont été récompensés. « Quand je vivais avec mon père, son ami venait avec une guitare et je lui demandais de me la prêter. L'homme me la prêtait de bon cœur, mais mon père disait: « Tu ne sais pas jouer, c'est très difficile. » Je lui disais que j'aimerais apprendre, mais il répondait: « Tu n'apprendras jamais. » Et maintenant, je joue de la guitare, et j'en suis très fier. » Luis fait partie de notre groupe musical Estudiantina depuis deux ans. Il vient de rentrer d'une tournée aux États-Unis. Malgré l'absence de soutien et d'encouragement, il a démontré qu'en travaillant d’arrache-pied, on peut atteindre les objectifs qu’on s'est fixés.

Amour, sécurité et responsabilité. Luis affirme qu'en vivant au foyer, il a beaucoup évolué en tant que personne. Avant d'arriver au foyer, « je gardais tout pour moi, alors que maintenant, je pense beaucoup à mes frères et sœurs. J'ai changé et je continue à m'améliorer. J'avais l'habitude de traîner en rue et je n'assumais pas mes responsabilités de frère aîné. » Aujourd'hui, Luis sait à quel point il est important de s'occuper de ses frères et sœurs et de les entourer de l'amour et de la sécurité dont ils ont besoin. Pendant ses loisirs, il aime passer du temps avec eux. Il rêve d'un avenir aux côtés de sa famille. Il espère pouvoir offrir les meilleures opportunités à ses frères et sœurs.

Le partage. Le partage était une valeur fondamentale du père Wasson, qui encourageait sans cesse les enfants à partager, même s'ils ne possédaient pas grand-chose. Luis dit qu'en vivant au foyer, il a compris l'importance de cette valeur. « À présent, je partage beaucoup, je suis plus compatissant. Quand je vois des gens dans la rue, je me sens mal et je leur donne de l'argent. Je sais que c’est peu de chose, mais je partage. Un jour, nous sommes allés dans une église appelée La Loma, et il y avait une femme qui mendiait. Sa vie était difficile parce qu'elle était aveugle. Je voyais les gens passer devant elle et jeter des petits cailloux dans sa sébile. La femme les remerciait sans se douter qu'il ne s’agissait que de cailloux. J'ai ramassé les pierres, j’ai expliqué à la femme ce qui se passait et je lui ai demandé pardon. Lorsque nous avons commencé à manger, j'ai demandé à un des directeurs si nous pouvions l'inviter. Il a dit: « Oui, apporte-lui une assiette de nourriture », et c'est ce que j’ai fait. »

Il est clair que Luis a vraiment adopté l'esprit et la philosophie du père Wasson. C'est un jeune homme responsable et attentionné qui, malgré son vécu, a parcouru un long chemin et continue à progresser. Le père Wasson disait: « Pour moi, le plus important, c'est que mes enfants pratiquent la charité, parce que s'ils aiment, ils seront aimés. » C'est précisément ce que fait Luis: il donne beaucoup alors qu’il a si peu lui-même. Il aime sa famille du foyer, et cette famille lui rend cet amour.