Healing Through Love

Les enfants perdus

Kati, 15 ans, Pérou

Les six frères et sœurs ont été séparés après l’emprisonnement de leurs parents pour trafic de drogue. Tous se sont retrouvés chez différents membres de la famille et l'un d’eux vivait même dans la rue. Et pourtant, ils se sont miraculeusement retrouvés dans notre foyer du Pérou.

Kati a 15 ans et cinq frères et sœurs plus jeunes: Eliseo, Ademir, Javier, Teresa et Yasuri. Avant d'arriver au foyer en avril 2011, elle vivait avec Teresa et ignorait où se trouvaient ses trois frères et sa petite sœur.
Les enfants ont grandi sans leurs parents depuis leur plus tendre enfance. Impliqués dans un trafic de drogue, les deux parents se sont retrouvés en prison. Les enfants vivaient avec un vieux grand-père diabétique, qui avait été amputé d'une jambe. Il n'était pas en mesure d'élever seul six jeunes enfants.

Un jour, Kati et Teresa sont allées passer le réveillon de Noël chez leur grand-oncle et elles ont fini par emménager chez lui. Entre-temps, Eliseo et Javier avaient été conduits dans la famille de leur mère, où ils devaient travailler et n’allaient donc pas à l'école. Quant à Ademir, il fit une fugue et vécut dans la rue. De nombreuses maisons avaient été abandonnées après le terrible tremblement de terre qui avait ravagé Pisco en 2007. Ademir dormait parfois dans une de ces maisons, parfois sous une voiture, jusqu'au jour où une femme le découvrit. Quant à Yasuri, il fut accueilli dans un couvent de religieuses.

En 2010, la mère de Kati fut libérée après deux ans de prison, mais elle mourut peu de temps après. Le père des enfants était mort de tuberculose en prison. Tous deux étaient atteints de la même maladie.

En 2009, Ademir arriva au foyer de NPFS parce que la femme qui l'avait recueilli n’avait pas suffisamment de ressources financières pour l'élever. Pendant la procédure d'admission, NPFS apprit qu'il avait des frères et sœurs et décida de l'aider à les retrouver. Il faut toujours un certain temps pour retrouver les frères et sœurs des enfants de NPFS. Eliseo et Javier arrivèrent au village d'enfants en février 2011 et Kati et Teresa les rejoignirent deux mois plus tard.

« J'ai été très surprise de retrouver mes frères au foyer. Lorsque nous sommes arrivées, Teresa et moi, nous ne savions pas où ils vivaient tous les trois. Je craignais de ne plus jamais les revoir ! » En tant qu'aînée, Kati se sent responsable de ses quatre frères et sœurs.


« Kati est une jeune femme affectueuse et digne. Elle aime partager avec les autres jeunes filles qui vivent avec elle. Il n'en a pas toujours été ainsi. Lorsque Kati est arrivée au foyer, elle était très agressive et violente. Elle insultait les gens et leur disait des grossièretés », dit María, son éducatrice. « Au début, il était très difficile de la calmer, mais je savais que ce n'était pas une mauvaise fille. Elle était simplement en manque d'amour et d'affection. Elle cherchait une mère. Je suis très heureuse d'avoir pu l'aider en tant qu’éducatrice. Kati a fait d'énormes progrès depuis qu'elle est arrivée chez nous. Elle est en quatrième primaire. L'an dernier, elle ne savait ni lire, ni écrire. Elle a dû tout apprendre depuis le début et elle avait des problèmes de prononciation. Il a fallu du temps pour la comprendre, » poursuit María.

Quand on aperçoit Kati, on voit tout de suite que c’est une adolescente heureuse et amusante. Elle n’hésite pas à vous serrer dans ses bras. Si elle vous aime, elle peindra une image à votre intention. Elle est espiègle et a le sens des responsabilités pour tout ce qui touche au travail scolaire et aux tâches au sein de la maison d’enfants. Elle adore les bébés. Dès qu'elle a un peu de temps libre, elle file à la maison des bébés, passe du temps avec nos tout-petits et aide les puéricultrices qui y travaillent. Elle s'occupe aussi de ses plus jeunes frères. Elle est sur la bonne voie et bien qu'elle ait encore des difficultés à l'école, elle fait de son mieux pour progresser et améliorer ses chances d'avoir un bel avenir.

L'histoire de Kati est à la fois triste et merveilleuse. Elle est révélatrice d'une des philosophies de NPFS: nous nous efforçons d'accueillir toute la fratrie pour que les enfants ne soient pas séparés alors qu'ils ont peut-être déjà perdu leurs parents. Dans le cas de Kati, la fratrie a été réunie. Cinq enfants qui pensaient ne plus jamais se revoir. Actuellement, NPFS s’efforce de retrouver le sixième frère, le petit Yasuri. Nous espérons que nous aurons bientôt le bonheur de réunir toute la famille.
En devenant parrain ou marraine, vous pouvez aider Kati ou un

autre enfant d'un foyer de NPFS.