Laurence - Art-thérapeute, en mission en Haïti

re laurence

En quoi consiste l’Art-thérapie ?

L’Art-thérapie permet à une personne de s’exprimer à travers une médiation artistique telle que la peinture, la photo, le collage, le conte, la musique…

Grâce à la mise en forme, en couleur des émotions, (en psychologie, on appelle ce processus «symbolisation primaire ») la personne va pouvoir entrer dans un processus de transformation, de recréation de ce qui est resté bloqué, figé dans l’inconscient, tel qu’un traumatisme. L’art-thérapie est donc particulièrement utile pour des personnes ayant vécu des troubles ou des chocs psychologiques qu’elles n’ont pas surmontés et pour lesquels il leur est difficile de s’ouvrir consciemment à travers la parole. Ensuite, à partir de sa production, la personne va pouvoir accéder plus facilement à la mise en mot (appelée symbolisation secondaire) de ses préoccupations personnelles et rendre conscient les affects qui était jusque-là irreprésentables.

Pratiques-tu l’art-thérapie de la même façon en France qu’en Haïti ?

Tous les enfants sont différents. Cependant, après mes premiers 4 mois, mon ressenti est que les enfants en Haïti ont plus de facilité à s’exprimer à travers la danse, le chant, le mime... Ils n’ont pas cette timidité que je peux voir chez nos enfants en France, ils ont au contraire une vraie spontanéité et sont très à l’aise devant une caméra. Je me suis donc adaptée avec ce point fort et j’utilise ici davantage la caméra en tant qu’outil de médiation, notamment au cours des temps de parole en fin d’atelier. Les enfants commentent leurs créations devant la caméra, face à laquelle ils sont vraiment très à l’aise et ceci constitue un élément facilitateur pour déclencher l’expression des préoccupations.

En revanche, j’ai pu remarquer que les enfants ici ont moins d’aisance à utiliser la peinture en tant qu’outil d’expression. Pourtant, ici à Saint Hélène, il y a des ateliers de peinture. Mais les enfants sont habitués à l’utiliser dans un cadre relevant davantage de l’artisanat que de l’expression personnelle. Ils tendent à reproduire fidèlement le modèle du « maître », plutôt que de laisser libre cours à leur imagination et à se laisser aller à l’abstrait. Expérimenter autrement la peinture dans le cadre des ateliers demande parfois beaucoup de temps. Car en art-thérapie, on ne cherche pas à produire une œuvre esthétique ni à maîtriser une technique. L'essentiel réside dans le cheminement créatif lui-même, permettant à chacun de nos enfants d’exprimer pleinement sa personnalité et ses émotions.

Quel est le moment le plus fort émotionnellement que tu as vécu dans le cadre des ateliers ?

Nous avons chez nous une petite fille qui a malheureusement été victime d’abus. Un jour, dans le cadre de l’atelier, elle a pris des poupées que nous avons à disposition dans la salle d’art-thérapie. Avec les poupées, elle a reproduit la scène de son agression avec une très forte intensité. J’ai vraiment eu l’impression de revivre avec elle ce terrible épisode de sa vie. Après cela, elle a fondu en larmes puis s’est blottie dans mes bras un long moment. Elle m’a ensuite appelée pour la première fois par mon prénom. Chose qu’elle n’avait jamais faite auparavant. Depuis ce jour, elle me fait comprendre que j’existe pour elle. Elle est également davantage en interaction avec les autres membres du groupe. Elle aime rire et jouer avec eux. Je vois cette petite évoluer de jour en jour et cela est très encourageant !

Camille - Kinésithérapeute, en mission en Haïti

re camille

Ça faisait déjà quelques années que le projet de partir en mission humanitaire me trottait dans la tête.

J’avais plutôt dans l’idée d’aller en Amérique du Sud mais Haïti avait l’avantage de la langue. Le français est en effet la langue officielle et le créole haïtien n’en est pas trop éloigné. Après avoir échangé avec NPFS, j’ai tout de suite accroché à la mission que j’ai directement acceptée. Quelques mois plus tard, je quittais famille, amis, travail et loisirs et j'arrivais en terre inconnue…

Très vite je me suis sentie chez moi. Les membres de l’association Nos Petits Frères et Sœurs sont devenus ma deuxième famille, les autres bénévoles de solidarité internationale, mes amis et colocataires. Mon travail m’offre la chance d’être en contact direct avec les Haïtiens, de pouvoir échanger avec eux et de recevoir leurs sourires et accolades, véritables cadeaux qui éclairent chacune de mes journées.

Les weekends passés au foyer sont une occasion de plus de se mêler à cette vie si colorée et de découvrir toujours plus la culture passionnante de ce pays. Le tout forme une expérience exceptionnelle et très enrichissante que je recommanderais sans hésiter !